Notre sortie club annuel (Domont athlétisme) nous emmène cette année dans les Ardennes. L’Association locale Athlétic Belair Club nous propose trois tracés (93k 54k 11k) de trail running de toute beauté dans une région que je ne connais pas du tout. Ardennes Méga Trail: une course dans mon agenda que je n’attendais pas. J’y ai passé un très bon moment.
Avec ma compagne, nous partagerons le parcours du 54km. Le relais se fera à mi-parcours. Le dénivelé est de 2800D+ que nous faisons aussi à part égale; soit 1400D+ chacun. C’est avec grand plaisir que je partage cette course avec elle, où nos performances vont être liées 🙂

La semaine qui précède cette course, je décide de continuer à m’entrainer normalement. Seule la séance de fractionnés est remplacée (canicule) par une sortie en forêt. A part ça, je n’ai rien changé à mes habitudes.

Etat d’esprit

A quelques jours de l’évènement, je sens un peu d’émulation au sein du club. L’ambiance est bon enfant. Entre celles et ceux qui vont découvrir l’exercice du dénivelé et les autres ‘compétiteurs’, ce samedi risque d’être plutôt drôle. En tout cas, ça sera un week-end de partage 🙂

Préparation d’avant course

Je compte aborder cette course en apportant quelques réglages. Mon attention reste encore et toujours portée sur la gestion des crampes. Les choses sont en train de s’affiner. Je pense avoir trouvé MA solution.
Pour cette course, on oublie:
les manchons de compression (pour les mollets)
le cuissard de compression
les bâtons
La cure d’arnica montana 9CH et de cuprum metallicum 9CH (la semaine qui précède)
La charge glycémique de malto 48 heures avant

Je fais cette course avec:
le simple short court kalenji
la sporténine
1.5L de boisson isotonique (pendant la course) + 2.5L d’eau aux ravitos.
1 compote.

La course direction Bogny-sur-Meuse

Ma compagne se charge de la première partie. Le top départ est à 08:00 (les Hautes-Rivières). La température est idéale et le ciel dégagé. Elle vise un temps de 04:00/04:30. Elle termine en 3:58. Ayant peu de repère, elle fait cette course en sortant de sa zone de confort; tant mieux. Les coups de fil pour me dire que tout va bien, la course se fait sereinement.

Le relais se fait dans une usine (près du pont ‘rue jourde’ à Bogny-sur-Meuse).
L’ambiance monte aux premiers passages de relais. Le speaker est plutôt efficace en annonçant les relais.
Pendant ce temps je m’équipe tranquillement. J’hésitais à chausser les spyridons. Finalement les inov-8 terraclaw 220 seront à mes pieds; je me suis pris au jeu de la compétition entre les équipes.

La course direction retour Les Hautes-rivières


Je prends le relais peu avant midi et rentre dans le vif du sujet puisque la montée est au bout de 500 mètres. On prend 200D+ en à peine 1km 🙂
Mon objectif est de faire une grosse séance de renforcement musculaire et de descendre les pentes ‘rapidement’. Le second objectif est d’essayer de reprendre des places au classement. JP et Fred feront de même (mais à une allure bien plus rapide que moi). Je me doute qu’ils ont en ligne de mire Aurélie (et ils y arriveront lol).
Je soigne mon hydratation et la sporténine est consommée toutes les 1/2 heure (sauf à partir du km20 où je crains les crampes arrivées; j’en prends alors toutes les 15mn).
Je termine la course en ayant bu 4L de boisson, consommé un tube de sporténine et une compote.
A part une crampe (que j’ai après avoir trébuché peu après le km20), la course est conforme à mes espérances: montées (marche active) et descentes (fréquences de pas rapides et buste engagé) se font au bon rythme. Les voyants sont au vert.
Je finis cette course en 3:35; ce qui me donne un état de forme pour aborder ma prépa marathon pour Berlin (mon prochain objectif).

Le parcours

C’est un beau département. Le parcours est technique (bien sûr moins que les Alpes). Il y a largement de quoi faire pour travailler les cuisses. J’ai beaucoup apprécié le tracé, le dénivelé, l’environnement, la forêt ardennaise. Un terrain de jeu d’une grande qualité. Travail des appuis (dévers), ‘escalade’ (à deux reprises), traverser d’éboulis de roches. La fin du parcours se fait par la traversée du Semoy (de l’eau jusqu’aux genoux) 300 mètres avant la ligne d’arrivée.

Un beau souvenir

J’ai passé deux jours agréables dans ce petit coin des Ardennes. Une nuit au camping d’Haulmé avec le personnel agréable et au petit soin. Il n’était pas évident d’accueillir une quarantaine de personnes avant le début de la saison estivale.
C’était aussi l’occasion de mieux faire connaissance avec certains coureurs du club. Un moment de partage très enrichissant 🙂

Pour celles et ceux qui connaissent le parcours: qu’en avez-vous pensé?

Crédit photos: Jérémy Baillet naturopathe et Laurent Ploum

SUGGESTION DE LECTURE

Les soins préventifs en course à pied

Les soins préventifs en course à pied

Dans la pratique de la course à pied, les coureurs sont souvent focaliser sur l'aspect performance. Les sorties et les entraînements s'enchaînent. Les premières courses se présentent. Les premiers résultats tombent. Les premières satisfactions. Parfois, nous...

Comment le Light feet Running m’a aidé à mieux courir

Comment le Light feet Running m’a aidé à mieux courir

Mes débuts en course à pied ont mis en évidence que je m'y prenais mal. Je devais trouver une manière différente de m'entrainer. Mes recherches m'ont mené vers le livre 'courir léger' de Solarberg Séhel. Une des clés d'un entrainement efficace est l'apprentissage de...