Le Trail des Piqueurs 2019 : une épreuve de Course à Pied dont le Parcours nous Fait Découvrir le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez; en Auvergne.
C’est un week-end ensoleillé qui attend les Passionnés de Course de Montagne. Le Trail des Piqueurs est une Course qui se déroule dans le 63 au Sud-Est de Clermont-Ferrand dans la Commune de Saint-Jean-Des-Ollières.
L’organisation nous propose un Parcours qui, par moment, est vraiment technique. C’est pourquoi je prends le départ de la course en Merrell Trail Glove.

>> Suis ce lien si tu souhaites en Savoir Plus sur les MERRELL Trail Glove 4.

Dans le cadre de la Grande Sortie Annuelle Club, je participe à cette épreuve de course à pied en milieu naturel. Le club aligne environ une cinquantaine de coureurs sur les différentes courses : 11km – 25km -52km.

Le Trail des Piqueurs : Ma Participation de Dernière Minute

L’Auvergne est une Région que je souhaitais redécouvrir en courant. Mais je n’avais pas planifié cette Course dans mon calendrier. Je n’arrivais pas à me décider entre le Semi Marathon de Salouel (le week-end précédent) et ce Trail.
Et la veille au soir du départ du groupe pour l’Auvergne, on me glisse à l’oreille qu’un dossard s’est libéré. Le temps de m’organiser et je prends la route à 07:00 le samedi direction le Centre de la France.
Au final, j’ai participé au deux courses (le 21km en Pacer).

L’arrivée en Région Auvergne-Rhône-Alpes : Repérage de la zone de départ

Le ciel est bleu en chemin. Nous arrivons peu avant midi et la météo est agréable. Je sais que les conditions de course seront bonnes. Un ciel lumineux et des températures idéales pour courir. Sur la place de l’église, Les premiers bénévoles s’affairent pour mettre en place la zone d’accueil des coureurs. C’est à cet endroit que prendra les départs de course Dimanche matin.
La faim se fait sentir. Avec Fred, nous filons vers notre hébergement (qui se trouve à moins de 20km) en pensant trouver un restaurant en route. Il n’en sera rien. Les villages traversés sont quasi déserts. Il y a très peu de passage.
Nous réussissons in-extremis à trouver une épicerie qui nous préparera avec beaucoup de gentillesse des sandwichs. Nous avons alors ensuite profité du cadre qui nous entoure; au calme.

Retour vers Saint-Jean-Des-Ollières : Retrait des Dossards

Il est 16:00 et nous sommes revenus sur la place de l’église. Luca Papi (ambassadeur WAA) vient également d’arriver. Il connait Fred. On discute quelques minutes. Fred fait quelques emplettes et nous retirons nos dossards.
C’est également un moment d’échange avec les organisateurs qui nous expliquent l’intérêt d’un tel évènement. On connaît la raison première de l’existence de ce trail: trouver du financement aux jeunes triathlètes locaux. Mais c’est aussi l’occasion de faire découvrir la campagne auvergnate aux coureurs amateurs. On vient y découvrir la région et ses habitants.
Il y a de la vie et de l’énergie pour maintenir un tissu social. Et les bénévoles ont donné beaucoup de chaleur humaine. Les ingrédients sont réunis pour passer un week-end de course à pied agréable.

domont athle au trail des piqueurs
Crédit photo : Alain Racine

La Veille au Soir : les Coureurs Préparent leurs Affaires de Course

Nous retournons à l’auberge. Le car arrive en fin d’après-midi. Le reste du groupe nous rejoint. Chacun prend possession de son couchage et prépare ses affaires pour la course.
Je m’aligne sur la course de 25k. J’estime mon temps de course autour de 3 heures. J’y vais pour tester mon emport et je compte mettre du rythme avec les moyens du jour. Je me suis entrainé toute la semaine comme si de rien était.
Tout ce que j’emporte tiendra dans ma ceinture : la belt de chez compressport. Couverture de survie, gobelet, 2 pâtes de fruits, un pain d’épice, une flasque d’eau de 500mL, mon smartphone.
Au niveau de la tenue : short, maillot club, des gants légers, et les MERREL Trail Glove aux pieds.

Trail des Piqueurs : Jour de Course

Les copains du 52km prennent le départ à 07:00. Fred fait cette course. Température fraîche, le ciel est bien dégagé. La belle journée se confirme. Le grand parking aménagé pour l’occasion se trouve à 5-10mn de la ligne de départ. Les indications sont claires. On ne peut pas se tromper. L’aide des bénévoles est efficace. Camping-car et van aménagé : j’ai vu une zone qui vous est réservée à 2mn de la ligne de départ.
Les coureurs s’élancent et il fait déjà jour. La lampe frontale n’est pas nécessaire. L’animateur donne de la voix au micro. On est bien dans une ambiance de course comme j’ai l’habitude de les vivre. Contrairement à certaines courses (où on croirait vivre les embouteillages des grandes agglomérations), le Trail des Piqueurs propose un terrain de jeu et de découverte aux coureurs sans crainte d’être ralenti.

depart trail piqueurs

Au tour des Coureurs du 25km de s’élancer

C’est à mon tour de partir à 09:30. Les copains (surtout les copines) se placent en fin de peloton dans la zone de départ. Je ne fais pas pareil. A peine revenu du rituel technique, je prends le départ parmi le premier quart des coureurs. Ça part fort : le début du parcours se fait en descente. Je laisse filer les coureurs autour de moi. Mon idée n’est pas de faire cette course à plein régime. Je ne suis pas suffisamment préparé et pense déjà à la suite de la saison. Mais il ne s’agit pas de faire de la rando non plus. 😬

Pierrier du Coudeloup
Crédit Photo : Clément Pointud.

Le Pierrier du Coudeloup au K5

Le premier quart-heure se fait sans trop de difficulté. Puis se présente le premier obstacle emblématique de ce trail : le Pierrier du Coudeloup. Un environnement minéral (je ne sais trop de quelle manière). J’y suis. J’essaye de bondir de pierre en pierre. Mais je ne suis pas à l’aise dans cet exercice. Je me calme. La descente n’est pas plus évidente. Je pense avoir levé le pied sur près de 3km à cet endroit.
Je remets ensuite du rythme et ignore le premier ravito. J’en suis à un peu moins de une heure de course.

Hors Piste Miodet Bas au K12

J’avance à un rythme qui me convient. Dès que c’est roulant, je reprends des places. J’arrive à poser ma foulée : dynamisme et aisance (ouverture de la hanche et bras actifs). Les chaussures me permettent de m’exprimer suffisamment. Je suis satisfait. J’ai de l’énergie.
Au K12, le parcours redevient technique. Rien de vraiment compliqué mais cela nous fait perdre du temps. Je suis dans ma course. J’entre dans une logique de vouloir reprendre des places. Les signaux sont au vert. Les conditions de course sont idéales. Et j’espère franchir la ligne d’arrivée avant que Fred ne termine sa course. 😜
J’ai le retour sur Paris à gérer.

cascade de la cruche
Crédit photo : Clément Pointud

Cascade de la Cruche au K15

Direction le 2nd ravito au K18 : je ferai le point à ce moment. Mais avant, il y a le passage de la cascade. Un environnement végétal. Je me pose alors la question de savoir comment les Joëllettes arrivent à négocier ces passages. Chapeau!!! Car j’y perds du temps. Il n’y a pas de grosses difficultés mais c’est suffisamment technique pour m’empêcher de relancer durablement.
Le parcours se dégage peu avant le dernier ravito. Je remonte bien des coureurs mais cela se fait sur un faux rythme. Je m’arrête pour me ravitailler. Ma flasque est vide. Je remets de l’eau. J’avale du sucré puis du salé et c’est reparti. Tout va bien. Je finis d’avaler ce que j’ai dans la main puis je me remets dans la course. Il me reste 7km. J’en suis à 2h12 de course et je me dis que l’objectif de 3h00 est jouable.

Le passage emblématique au Pierrier du Pic de la Garde

Je continue à reprendre des places. Des musiciens animent la course. Plutôt surprenant de les voir dans ces circonstances . Le moral est bon; jusqu’au K22…J’avais oublié cette dernière difficulté. Et elle est de taille. 😱
Comment dire? J’oublie les 3h00. 😂
C’est long, c’est haut, c’est technique. Je vais y passer du temps. Je repense aux musiciens juste avant.
L’ascension n’est pas facile. Obligé de poser les mains pour assurer les appuis. Il n’y a aucune peur de ma part. Mais j’évite une casse qui est tout à fait possible à cet endroit. La saison de trail reprend. Et il va falloir penser à une programmation réfléchie pour assumer un projet qui se dessine.
En arrivant sur le Pic de la Garde, je prends le temps d’apprécier la vue. Le terrain de jeu sous mes yeux est immense. Il y a de quoi faire. Je reprends mes esprits et amorce la descente finale.

Trail des Piqueurs finish

Saint-Jean-des-Ollières : le Trail à l’Honneur

Je termine la course dans de bonnes conditions. J’ai le sentiment d’une course maitrisée. La place du Village est bien animée. Je prends le temps de profiter de l’ambiance et échange mes premières impressions avec les autres traileurs. Le parcours est plaisant et le balisage était vraiment bien fait. Je ne traine pas pour aller me changer. Petit bémol :  il n’y a pas de douche, ni de vestiaire. Je me sers des jets d’eau réservés au nettoyage des chaussures pour faire une petite toilette. Heureusement, il y a peu de coureurs.
Je croise ensuite un coureur minimaliste en Spyridon  Vibram Five Fingers. Il vient de faire la course du 52km; avec un temps remarquable (en 7h00). Il m’explique qu’il est kiné en Touraine et avoir bien vécu sa course. En le voyant, je le trouve plutôt frais. Bravo à lui.

>> Clique ici si tu souhaites savoir Comment bien Choisir ton kiné Spécialisé en Course à Pied.

Un Trail en Auvergne que je Recommande

Le week-end est passé très vite. J’ai participé à une course gérée par une équipe bien rodée. Les bénévoles étaient d’une gentillesse remarquable. Une mention spéciale à Fanny qui a assisté le groupe DOMONT ATHLÉTISME avec brio. J’ai rencontré des gens simples qui ont accueilli des coureurs d’horizon différent avec beaucoup d’efficacité.
L’Auvergne est une région avec de beaux reliefs. C’est ce que je suis venu chercher. Je reviendrai avec plaisir.

BRAVO à celles et ceux qui font vivre ces petits coins qui méritent d’être connus. Mais il ne faut pas trop l’ébruiter. 😉

100 km de la Somme CR 2018 en business class

100 km de la Somme CR 2018 en business class

Cette épreuve de 100 kilomètres de la Somme en Picardie est un évènement inattendu dans la programmation de mon planning de course. L’idée de participer à ce nouveau challenge se fait seulement 10 jours avant le départ. Je m’attendais à avoir de nombreux passages à...

UT4M40 Vercors 2018 : une course en amoureux

UT4M40 Vercors 2018 : une course en amoureux

L’inscription à l'UT4M40 Vercors se fait en février. Avec Ju et Fab, nous cherchons une course de montagne à faire à la fin de l’été. Nous choisissons l’UT4M. Les courses proposées ont l’avantage de satisfaire l’appétit de chacun (ultra et 100Master, entre autre). Je...

Quelles sont les vertus de la course naturelle (minimalisme)?

Quelles sont les vertus de la course naturelle (minimalisme)?

Vous êtes coureur et vous vous blessez souvent? Ou vous n'êtes pas satisfait de vos performances? Je vous explique de manière objective les vertus de la course naturelle 🙂 . Savez-vous que travailler simplement sa foulée permet de baisser de manière très...

Inscrivez-vous à la Newsletter!

Rejoignez la liste des coureurs qui souhaitent en savoir plus sur la course naturelle et le light feet running. Mieux comprendre la course à pied pour mieux courir.

Bravo! Vous êtes inscrit à la newsletter de Running Experience