Voici mon Compte rendu de ma dernière course au 10km forestier. Un évènement qui a lieu au mois de septembre sur la commune de Roissy en Brie (Seine et Marne 77). C’est une course qualificative pour les championnats de France de 10km. Il est donc roulant. L’essentiel du parcours se fait sur des chemins en forêt.

C’est au tout dernier moment que je me décide à participer à cette épreuve de course à pied de 10km. J’ai donc profité de la possibilité de m’inscrire sur place le matin même. Dans ce cas, il faut prévoir un coût supplémentaire de 4EUR. J’arrive sur place peu avant 09:00 pour un départ donné à 10:00. Il fait beau et à peine chaud. Sur place, on y trouve un petit village de partenaires et l’animation est plutôt sympa. Le speaker fait le job. On sent bien l’ambiance de course.

 Comment j’entreprends mon début de saison

Après à mes deux courses sur Grenoble fin août à l’UT4M, j’ai pris 10 jours de repos. Cette période m’a permis de réfléchir à ce que je voulais faire cette automne. J’ai besoin de retrouver de l’allure. Au départ, je me suis lancé dans une prépa marathon en testant un nouveau programme d’entrainement (8 semaines avec 4 sorties hebdomadaires); différent de mes deux derniers marathons. Cela n’a duré que 10 jours. Il ne me convenait pas. Les sensations n’étaient pas bonnes: j’ai dû demander de l’aide à ma kiné. A chaque fois qu’elle me réglait un soucis, un autre arrivait. J’allais au casse pipe. La QSM ne donnait rien de bon.

Quel objectif ai-je établi pour ce 10km forestier?

J’ai donc décidé de programmer mes entrainements en fonction de mon état de forme. L’idée reste donc ce travail d’allure avec un gros focus light feet running. La charge hebdomadaire d’entrainement reste proche de celle d’un marathon mais mieux réparti (en faisant plus de sortie dans la semaine);en écartant la rigueur d’une prépa marathon. Ainsi je pourrai programmer mes courses à court terme en fonction de mes envies.
Pour ce 10km forestier le seul repère que j’ai est une séance de 2000m faite 10 jours avant la course. Les sensations étaient bonnes. Je peux m’appuyer sur cet entrainement. J’ai donc dans l’idée de partir à une allure autour de 4’10/km pour un temps de course de 41’30 ». Cette course me servira à valider (ou pas) mes capacités à tenir ce rythme. Je suis venu pour travailler mon allure et sentir mes pieds s’exprimer grâce aux vibram five fingers.

L’avant course : prendre soin d’optimiser l’échauffement

Il est 9:30. Afin de pouvoir être dans le rythme de la course dès le départ, je prends 20 minutes d’échauffement en courant en allure endurance fondamentale et je termine par 3 accélérations progressives en ligne droite. Je porte une veste coupe-vent et un bas de survet. Aucun étirement: je le déconseille. Pourtant, je vois pas mal de coureurs prendre le temps de le faire. C’est un rituel qui a très peu d’intérêt 😁.
L’échauffement terminé, le speaker demande aux coureurs de se placer dans les sas. J’ai à peine le temps de déposer mes affaires à la voiture. J’avale un gel et m’insère dans le sas 41’/43′.
C’est la première fois que je prends un gel sur un 10km. Je souhaite savoir si cela peut m’aider à mieux gérer la fin de course.
Le GO est donné à l’heure. L’organisation est sérieuse. Entre les sas et les informations claires du speaker, il y a une bonne prise en charge du coureur.

Une course de 10km en maitrisant l’allure

Comme d’habitude, le premier kilomètre est compliqué. Je dois me faufiler entre les coureurs qui ne sont pas dans la bonne allure; ou alors j’aurais dû mieux me placer avant le départ.
Les vibram five fingers aux pieds, je retrouve des sensations que j’ai perdu ces quelques dernières semaines. Ce pied dynamique où tu sens que les jambes veulent jouer. J’ai de l’énergie, l’esprit léger, les jambes légères. La météo est bien. La température est douce et il fait beau. Les conditions sont réunies pour l’amusement.
Les kilomètres défilent. Je remonte de nombreux coureurs. L’engagement des bras et du buste est le travail actif que j’entreprends. L’ouverture de la hanche : ce n’est pas encore évident. J’ai du mal à trouver la bonne sensation….la sensation tout court.
Au KM5, il y a un ravito liquide. Je décide de tendre mon bras; bien que je n’éprouve pas de difficulté. Je me dis simplement que cela me permettra de terminer sans être trop dans le dur. J’avale en une gorgée cette eau qui parfois fait défaut.

un petit groupe pour une seconde moitié de course ludique

C’est inattendu. Je sens une fille dans mes pas avec 2-3 autres coureurs. Nous sommes dans le même rythme. Cela me va. C’est stimulant de courir au sein de ce petit groupe. Pour le coup, je ne suis pas dans l’attente. Les sensations sont toujours bonnes. Je reste en avant. Mon idée est de relancer à chaque fois qu’un coureur vient à ma hauteur. Le chemin devant moi ne présente aucune difficulté. J’essaye de bien rester dans l’effort en travaillant très activement au niveau des bras; et cette torsion du tronc qui me permet de puiser l’énergie que je recherche. L’esprit toujours clair, je me concentre sur le light feet running. Je prête à peine attention à mon souffle; signe que je n’ai pas atteint mes limites. Le rebond du pied est bien dynamique. La course se déroule comme je l’imagine: c’est surtout ma posture qui m’intéresse.
Avec l’aide du groupe, j’ai la possibilité de relancer 3-4 fois. En fait, cela nous aura surtout permis de maintenir l’allure.

La fin de course : on donne souvent tout

Le dernier kilomètre se profile et un coureur se détache. J’attends encore un peu. Il prend environ 20 mètres. Passé le KM9, je suis encore lucide. Je mets plus de rythme pour essayer de le rattraper. On remonte quelques coureurs.
Je franchis la ligne d’arrivée derrière lui. Il m’a vu arriver dans son dos à 20m de l’arche et a su trouver la force pour relancer 😆.

10km forestier USRA 2018

Des progrès rassurants pour le futur

J’ai pris plaisir à faire cette course. Le parcours que nous offre le club de Roissy en Brie (USRA) est roulant sur des chemins forestiers qui se prêtent au jeu du 10km.
J’ai eu un bref échange avec la fille au ravito après l’arrivée. Cela lui a permis de rester sur un bon rythme. Contente de sa course en ce début de saison. C’est un plaisir de courir dans ces conditions 🙂.
Une nouvelle fois, c’est une belle séance de travail. Je suis en train de trouver cette foulée qui me permet de mieux gérer ma course; de bonne augure pour la suite.

Et vous? Qu’en pensez-vous? Croyez vous qu’il y a un intérêt à travailler sa foulée 😊?
Si cet article vous apporte une information intéressante, laissez moi un commentaire juste en-dessous.

SUGGESTION DE LECTURE

5 critères pour bien choisir sa paire de running

5 critères pour bien choisir sa paire de running

Bien choisir sa paire de running est un enjeu qui conditionne la pratique du runner. Si il y a bien un accessoire incontournable dans la pratique de la course à pied, c'est bien nos chaussures. Mais comment les choisissez-vous? Quels sont les critères pertinents?...

Transition Light Feet Running bilan 2017

Transition Light Feet Running bilan 2017

En septembre 2015, je participe à l'atelier light feet running sur Paris. Deux années se sont écoulées et je vous livre ici mon premier retour d'expérience: ma manière d'aborder la transition, les difficultés rencontrées, les progrès réalisés, et le chemin qu'il reste...

Test Vibram Five Fingers bikila evo

Test Vibram Five Fingers bikila evo

Voici le test complet des VIBRAM FIVE FINGERS bikila evo. Les chaussures 5 doigts (ou plutôt orteils lol) qui sont une belle surprise. J'ai parcouru 1000km avec; et je pense en faire (au moins) encore 500 de plus. C'est la chaussure minimaliste par excellence pour la...

Inscrivez-vous à la Newsletter!

Rejoignez la liste des coureurs qui souhaitent en savoir plus sur la course naturelle et le light feet running. Mettez les chances de votre côté pour mieux courir!

Bravo! Vous êtes inscrit à la newsletter de Running Experience